Mélinée

chansons mélancomiques



Mon âme est trouée
je la panse au sel de la poésie
pour régénérer
le sens désarticulé de ma vie

Mon âme est vrillée
je m’invente des embrasures de rêve
pour capituler
au jour quand la réalité se lève

Mon âme est en larme
quand elle s'évertue dans le sacrifice
elle se désarme
quand elle confond la vertu et le vice

Mon âme est majeure
quand elle s'élargit d'un berceau d'adieux
elle se fait mineure
quand la nostalgie me pique les yeux

Mon âme est un art
quand les mots viennent coudre mes fissures
elle se fait lézard
quand le soleil chauffe ses encoignures

Mon âme s'en fout
quand la folie piétine la raison
elle se joue de tout
quand ma conscience a noyé l'ambition

Mon âme est superbe
quand je me dis à la première personne
elle se fait acerbe
quand je dis "on" pour que l'on me pardonne

Mon âme est muette
quand d'un exil je vivrais le chemin
elle se fait conquête
si je me trouve aux cieux de ton demain

Mon âme est rageuse
qu'il faut des mots parjures pour la souffrance
elle se fait hideuse
quand désespoir rime avec dépendance

Mon âme est errance
quand elle perd le sud quand elle est au nord
elle se fait enfance
quand l'insouciance me chavire le corps (Bis)

Mon âme est tragique
qu'il faut des vers pour couvrir le malheur
elle se fait musique
pour retrouver l'appétit du bonheur

Mon âme est mouvante
qu'il faut le corps pour crier dans la danse
Elle s'fait émouvante
quand dans l'amour le cœur bat en cadence

Mon âme est sensible
tant et si bien que j'en mourrai un jour
elle se fait fusible
quand explosent les filaments de l'amour




Ein Löwe in der Savanne
riecht die Gazelle
liegen sie bald in der Badewanne
das Tier und das Mädel

Wie ein Raubtier beißt er seinen Fang
unbekannte Beute
gewöhnlicher Moment, banaler Klang
von Gestern und Heute

Wie ein hungernder Jäger
wildert er nur aus Spaß?
Ein trivialer Sammler
grenzenlos, ohne Maß?

Ein Kind mit seiner Lakritze
kostet die Süßigkeit
bewundert die leckere Mieze
mit dem Duft der Frechheit

Ein Tänzer in der schwülen Nacht
sehnt sich nach Umarmungen
küsst die Frauen mit bewährter Macht
um sie flachzulegen

Zweifelt er an seiner Schönheit
ist es niemals genug?
Fehlt ihm ein Stück Freiheit?
Bis zum letzten Atemzug

Ein Fischer in der wilden See
hetzt er die Sirene
sie ist charmant, eine freche Fee
Immer die gleiche Szene

Seemann, Herr der Leuchttürme
verlässt nie seinen Hafen
gegen den Wind, Nebel und Stürme
für eine Fracht von Frauen

Spielt sein Leben wie im Scherz
ist er ein Schauspieler?
Hat er zu viel, zu wenig Herz
für einen Herzensbrecher?

Ein Gatte ohne Ehering
und ohne Versprechen
von Schoß zu Hintern wie ein Schmetterling
um seinen Tag zu schmücken

Schminkt sich als Stuckateur der Liebe
mit rosa Fassade
als Architekt der Worte und Triebe
Perfekte Maskerade

Liebhaber des Vergänglichen 
zu jung oder zu alt?
Ein Märchentier eben
oder Seele ohne Halt?


Quand je te vois
y'a le sens du céruléen
qui me revient

y'a l'essence
de l'herculéen
qui me repeint

la face
aux couleurs
des orgiaques

rouge pour l'amour
bleu pour la claque

Soudain je bois
à l'eau d'un lac
de plénitude
en cortinas

elle est féconde
l'exactitude
de ces deux bras

une caresse
comme une étreinte

le rouge de l'Est
en demi-teinte

avec l'Ouest dans tous ses états
quand je te vois

Quand je te vois
un sacerdoce
d'impertinence
ornant les murs

dresse au Kairos
de l'insolence
une sculpture

l'envers
un printemps
qui dérouille

le revers
glissant
sous la rouille

Un aléa
quand le destin
restaure le rire
de ses dorures

grise Berlin
pour en bleuir
l'architecture

le gris de l'Est
comme une atteinte

rouge pour le geste
noir pour la plainte

avec l'Ouest qui gémit tout bas
quand je te vois

Quand je te vois
quand je te vois
une rafale
salée crie
jusqu'à la Baltique

quand noch ein mal
disqualifie
l'arithmétique

Quand je te vois
quand je te vois
des mots en paires
pour en découdre
l'amour impair
un goût de foudre

quand noch ein mal
fragmente
la musique

On tanguera
au vent des jours
au ban des nuits
sans crépuscule

sur c'que l'amour
typographie
en majuscule

des lettres rouges
armées d'empreintes

un Est qui bouge
un Ouest qui suinte

le Nord et le Sud qui flamboient
quand on se voit


J'ai un cœur polygame
dans un corps monochrome
une envie mono-Mann (monomane)
dans un cul polygone

Je polis les côtés
de mon identité
un côté pas poli
un quota d'pas permis

je pèse le poids des mots
leur versus leur verso
un côté renversant
un quota du moment

J'ai une langue polyglotte
dans une bouche monospace
des idées polyformes
dans une tête monocrasse

J'arrache au cri du temps
des mélodies d'instants
un côté pour la rage
un quota de mirages

j'assaisonne en rimes
des espoirs au régime
un côté résolu
un quota d'sans issue

J'ai l'émoi polymorphe
dans un moi monologue
la politique amorphe
dans l'mono-épilogue

Je refourgue à hier
mes rêves de cordelière
un côté amnésique
un quota fatidique

Je concède au destin
les crasses de demain
un côté fataliste
un quota réaliste

J'ai une aire polygone
dans une foi monolithe
une tendance Antigone
une zone anti-limite

J'ai un air polyphone
dans une voix monodrame
une âme de polissonne
dans une femme-monogramme

J'ai une rime polyandre
dans un vers monopole
un amour monocendre
dans une tête polyfolle

J'ai un cœur polychrome
dans un corps monogame
une envie monotone
un désir mono-Mann (monomane)